ANR CAMÉLANDEScamelandes-logo-01

Les sociétés préhispaniques face à leur environnement :

variations spatiales et diachroniques du pastoralisme andin (100-1470 apr. J.-C.)

camelandes-bandeau-lama

 

Dates : 2016-2019

Problématique et orientations de la recherche

Seuls grands mammifères domestiques sur le continent américain, les lamas et les alpagas ont été domestiqués il y a près de 6 000 ans, et leur élevage a connu une intensification importante à partir de l’Horizon ancien (1800-200 av. J.-C.) jusqu’à occuper une place fondamentale, économique, sociale et religieuse, dans les cultures préhispaniques régionales. Actuellement, leur élevage est restreint à la cordillère des Andes, dans des zones situées à plus de 3 000 m d’altitude. Pourtant, de nombreux vestiges (textiles, représentations iconographiques, restes squelettiques) attestent de leur présence passée sur la côte péruvienne. Quelques éléments – la présence de très jeunes individus notamment – suggèrent même la permanence des troupeaux à cet endroit. Toutefois, les modalités d’adaptation de ces derniers à ce milieu, leurs systèmes de gestion et ceux des territoires demeurent méconnus.

Le programme a pour but d’établir les conditions et les modalités de l’élevage des camélidés à basse altitude par une approche intégrée combinant plusieurs spécialités, certaines jamais encore employées au Pérou (analyse isotopique sériée des dents, étude combinée des méso et des ecto-parasites) : archéologie, archéozoologie, biogéochimie, archéobotanique, paléoparasitologie, archéoentomologie étude des fibres et textiles. Le projet cherche donc à reconstituer cette forme de pastoralisme sur la côte nord du Pérou, tel qu’ont pu le pratiquer les cultures Mochica, Lambayeque et Chimú, entre 100 et 1470 apr. J.-C. Le corpus à traiter est exceptionnel : 2 800 échantillons provenant de 140 spécimens issus de 7 sites archéologiques.

On vise à identifier :

1) les ressources alimentaires nécessaires au maintien local – saisonnier ou permanent – des animaux ;

2) la mobilité éventuelle des troupeaux, avec déplacement du cheptel vers les moyennes ou hautes vallées ;

3) l’état sanitaire des troupeaux et l’identification de parasites spécifiques à la côte. La diversification du système de pastoralisme andin devrait, en principe, être corroborée par la présence d’enclos proches des sites côtiers.

La mise en évidence de l’origine locale de divers produits (viande, os, cuir, poils, etc.) pourrait enfin conduire à nuancer fortement le modèle de la verticalité andine et la vision que l’on a de l’organisation territoriale des sociétés préhispaniques péruviennes.

 

 

 

Responsables :
Nicolas Goepfert (CNRS-université de Paris 1, UMR 8096)
Élise Dufour (CNRS-Muséum national d’Histoire naturelle, UMR 7209)
Collaborateurs et institutions partenaires :
UMR 8096 Archéologie des Amériques (CNRS-université de Paris 1)
Nicolas Goepfert
Sylvie Eliès
Jean-François Cuénot
UMR 7209 Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements (CNRS-Muséum national d’Histoire naturelle)
Élise Dufour
Antoine Zazzo
Jean-Bernard Huchet
Olivier Tombret
UMR 8212 Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CNRS-université de Versailles Saint-Quentin-en-Yveline-Commissariat à l’énergie atomique)
Caroline Gauthier
Eric Douville
François Thil
Louise Bordier
Arnaud Dapoigny
UMR 6249 Chrono-environnement (CNRS-université Franche-Comté, Besançon)
Matthieu Le Bailly
UMR 5600 Environnement, ville, société (CNRS-université de Lyon 3)
Aurélien Christol
Musée du Quai Branly
Christophe Moulherat
Segundo Vásquez
José Mostacero
Universidad nacional mayor de San Marcos (UNMSM), Lima, Pérou
Jane C. Wheeler
Universidad San Antonio de Abad del Cusco, Pérou
Victor Carlotto
Directeurs des programmes archéologiques : Santiago Uceda, Regulo Franco, Walter Alva, Christopher Donnan