Grand Cul-de-Sac Marin

 

Vestiges précolombiens sous-marins dans le Grand Cul-de-Sac Marin (Guadeloupe)

 

Dates : 2016 - 2018

Problématique

Le Grand Cul-de-Sac Marin est une grande baie de 20 km de largeur, dont la profondeur n'excède pas 15 m et avoisine le plus souvent 3 à 4 m. La découverte fortuite de plusieurs objets lithiques précolombiens reposant sur le fond marin au milieu du Grand Cul-de-Sac Marin a immédiatement questionné les préhistoriens. Il s'agit d'outils en roche volcanique : meules, polissoirs, haches, mortiers et pilons. Leur attribution chronologique est indéterminée car ces types d’outils se rencontrent généralement dans plusieurs contextes culturels antillais. La fourchette de datation est donc large et incertaine : de 3000 avant J.-C. au Mésoindien jusqu'à la fin du Néoindien au début du XVIe siècle. Ces objets sont posés sur le fond rocheux à des profondeurs comprises entre 3 et 4 mètres. Deux questions principales se posent : l’âge de ces vestiges et leur statut. Il pourrait s’agir de pertes « par-dessus-bord », à la suite du naufrage d’embarcations avec leur cargaison, ou de restes démantelés d’occupations préhistoriques terrestres submergées à la suite à la remontée du niveau marin.

Une deuxième découverte en 2014 vient renforcer l’intérêt du secteur : il s’agit d’une couche de tourbe, affleurant vers 4 m de profondeur au milieu du Grand Cul-de-Sac Marin. Cette tourbe contient de nombreux troncs d’arbres dont certains en position de vie. L’un de ces troncs a été identifié par un botaniste de l'équipe comme étant un "mangle médaille", taxon inféodé aux marais d’eau douce. Cette identification confirme le caractère non marin des dépôts qui ont été calés entre 7029 et 3663 avant J.-C par des datations au radiocarbone sur des échantillons prélevés entre 3,90 m et 5,70 m par rapport au niveau marin actuel. Ces dates confortent l’hypothèse de la mise en place de cet ensemble sédimentaire avant l’arrivée de l’homme sur les lieux. Ce dépôt est interprété comme un témoin de la remontée marine post-glaciaire, à une époque où ce secteur du Grand Cul-de-Sac était donc largement émergé.

Deux opérations comportant des prospections sous-marines et des sondages ont été dirigées par C. Stouvenot en 2016 et 2018 afin de documenter ces vestiges et de tenter de répondre aux questions de leur mise en place. Au total 158 pièces lithiques (335 kg) ont été collectées sur plusieurs petits secteurs choisis dans une large zone de plusieurs kilomètres carrés. Au final, aucun élément nouveau n’a permis de répondre aux interrogations soulevées et les questions de l’age et du statut de ces vestiges reste ouverte.

 

Publication

Stouvenot, Christian and Benoit Berard . 2019. Pre-Columbian Lithic Objects in the Grand Cul-De-Sac Marin (Guadeloupe): Losses and Shipwrecks? Or Submerged Remains of Ancient Terrestrial Settlements? In Proceedings of the 27th International Congress of The International Association for Caribbean Archaeology. Saint-Croix - USVI - July 23-29, 2017. URL : https://www.dloc.com/fr/AA00061961/01091/pdf

Responsable 
Christian Stouvenot (DAC de Guadeloupe)

 

Institution scientifique partenaire
Association Archéologie Petites Antilles
Université des Antilles
CEREGE

 

Financements (organismes, mécènes)
DRASSM
Conseil Régional
Université des Antilles

 

Collaborateurs
Claude Vella, (CEREGE)
paléoenvironnement
Benoît Bérard, (Université des Antilles)
étude du lithique