Pauline Coat

Doctorante

 

« Le rituel et le domestique chez les Mochica (Pérou) : caractéristiques, évolutions, convergences et divergences. Une étude au travers de la céramique. »

Sous la direction de Mr Nicolas Goepfert (CNRS, UMR 8096),
et la co-direction de Mr Julien Vieugué (CNRS, UMR 0868)

Sujet de thèse

Ma thèse vise à comprendre la fonction rituelle et fonctionnelle de la céramique chez les Mochica, groupe culturel installé sur la côte nord du Pérou entre 100 et 800 apr. J.-C. Pour cela, j’étudie un corpus d’une grande diversité de céramiques rituelles, mais également domestiques. Lors de mes séjours de terrain, je travaille ainsi sur des vases issus de divers sites de la côte nord, tels que Huacas de Moche, El Brujo, ou encore Sipán.

Mon travail comporte ainsi une dimension archéologique, avec l’analyse typologique des formes et décors des vases du corpus, pour renseigner leur fonction. L’étude des traces laissées sur ces vases fournit quant à elle des indices sur leur utilisation (qui peut différer de la fonction pour laquelle a été conçue une céramique). Je cherche entre autres à savoir si mes vases ont contenu de la chicha, alcool de maïs consommé sur la côte du Pérou depuis l’époque préhispanique. Des entretiens et observations auprès de producteurs de chicha constituent le volet ethnoarchéologique de mon travail. Avec l’ajout d’expérimentations, je pourrai constituer un référentiel des traces laissées par la chicha sur la céramique. Une dimension patrimoniale s’ajoute ainsi, avec la sauvegarde des traces matérielles de la tradition de fabrication de ce breuvage.

 

Plusieurs axes de recherches ont ainsi été définis pour mener à bien ce travail :

  • Fonction des céramiques au sein de leurs contextes de découverte (funéraire, sacrificiel et domestique)
  • Utilisation des céramiques pour chaque contexte de découverte
  • Sauvegarde des traditions en tentant de relier passé et présent au travers de l’étude des traces de fabrication de chicha pouvant être laissées dans les récipients étudiés.

Avec cette thèse, je souhaite comprendre des pratiques, et leur évolution dans le temps et sur le territoire Mochica, afin, je l’espère, d’apporter de nouveaux éléments de connaissance sur ce groupe culturel.

 

Domaines de compétence

Céramologie : tracéologie et typologie céramique.
Anthropologie culturelle : dynamiques sociales et cosmologies sur le continent sud-américain de l’époque préhispanique à l’actualité.

 

Parcours universitaire

  • Depuis 2022 : doctorat en archéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112, UMR 8096 Archéologie des Amériques
  • 2021 – 2022 : Master 2 Archéologie, parcours Archéologie de la Préhistoire et de la Protohistoire (finalité Recherche), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 2020 – 2021 : Master 1 Archéologie, sciences pour l’archéologie (spécialité Archéologie des Amériques), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 2019 – 2020 : Máster Universitario en Historia y Antropología de América (itinéraire Antropología de América), Universidad Complutense de Madrid
  • 2018 – 2019 : Licence 3 Histoire de l’art et archéologie, Parcours intensif, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • 2015 – 2018 : Licence Langues, Littératures et Civilisations Étrangères et Régionales (LLCER) (parcours espagnol), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Finacements

2022 – 2025 : Contrat doctoral avec mobilité internationale ( en contrat avec le CNRS et en partenariat avec l’IFEA )

2021 : Bourse de master de la Fondation Martine Aublet (Musée du Quai Branly)